Plus éco-responsable, plus créatif et plus fonctionnel : tels sont les maîtres mots qui guideront les spécialistes de l’emballage, pour la conception des futurs modèles destinés au marché du snacking. Tour d’horizon des nouveautés à venir.

L’industrie de la restauration rapide ne cherche plus seulement à vendre un simple produit alimentaire. Pour fidéliser leurs clients, les restaurants rapides doivent vendre une expérience à part entière. Celle-ci doit s’adapter à plusieurs paramètres. Le premier est le changement des habitudes de consommation et la nouvelle prise de conscience collective quant à la protection de l’environnement. Le second concerne l’évolution des modes d’alimentation des clients. L’objectif est de répondre pleinement à leurs critères de préférence. Fastgood, streetfood, bistronomie, food truck, etc., sont autant d’autres tendances corrélées à ces changements sur le marché. Les emballages ne sont pas en reste, et sont également concernés. Ils constituent même la première interaction que le client possède avec le produit, avant même de le déguster. À quoi ressemblera l’emballage de demain ? Tour d’horizon.

 

Un emballage plus écoresponsable

 

L’aspect écoresponsable d’un emballage est au cœur de nombreuses interrogations. Il s’agit d’une revendication forte des consommateurs. En revanche, ils sont généralement plus chers pour le restaurateur. Aussi, cela nécessite parfois de changer de fournisseur d’emballages, et de briser une relation commerciale de qualité. Le prix élevé est le premier facteur expliquant la réticence de certains restaurants pour l’adoption de ces nouveaux emballages.

 

emballage-snacking-demain-plastique

 

En 2019, l’emballage plastique demeurait toujours un marché en croissance 2% environ. Les français ne cachent pas leur mécontentement à ce sujet : 61% d’entre eux considèrent que les industriels ne font pas suffisamment d’efforts pour concevoir des emballages durables, d’après un sondage réalisé par l’IFOP en 2020.

L’objectif est d’augmenter le taux d’emballages en plastique recyclé. Les emballages en papier-carton recyclables sont de plus en plus plébiscités.

Il existe désormais une nouvelle matière première recyclée composée intégralement de polystyrène isotherme recyclé provenant de produits de post-consommation, des emballages biodégradables à partir d’une nouvelle matière biosourcée. Cet emballage peut même servir de compost pour l’agriculture, et est réutilisable jusqu’à mille fois.

Le gouvernement français souhaite que l’intégralité des emballages plastiques soient recyclés en 2025 (contre 25% environ aujourd’hui).

 

 

Un emballage plus créatif

 

L’emballage participe pleinement à la création d’une expérience client de qualité. Il doit être agréable à voir, unique, et doit aider à consommer facilement le produit qu’il contient.

Univers ludique, associé aux notions de plaisir et de partage, le snacking doit refléter ces caractéristiques via un emballage surprenant : contrastes de matières, ouvertures originales, forme inattendue, effets visuels pour attirer l’œil, etc.

On parle aujourd’hui de la tendance du Food Entertainment. Elle vise à créer des expériences culinaires surprenantes, inattendues au travers d’un véritable voyage culinaire.

L’intensité concurrentielle étant particulièrement élevée sur le marché, l’emballage est également un moyen efficace pour affirmer la force de votre identité de marque.

 

Un emballage plus fonctionnel

 

emballage-snacking-demain-carton

 

L’emballage doit aussi se mettre au service des nouveaux canaux de distribution favorisés par les restaurants. La crise sanitaire du Covid-19 a encouragé le développement du Click & Collect et la livraison à domicile. Le secteur du packaging doit donc concevoir des emballages facilement stockables (dans le coffre d’un scooter par exemple) et résistants.

Les emballages prêts à l’emploi servent davantage les applications en papier et en carton. Le développement des commandes en ligne est synonyme de volumes importants. Cela devrait profiter au secteur des cartons ondulés et des emballages de transport en carton.

 

En tant que consom’acteur, chaque acheteur ressent désormais une véritable responsabilité environnementale, sociale et sociétale lorsqu’il procède à ses achats. Le secteur alimentaire est particulièrement concerné, s’agissant d’emballages à usage unique. D’après l’IFOP, la « note sanction » apportée par les consommateurs aux industriels peu attentifs à leurs packagings a tendance à augmenter. En 2020, seuls 17% des consommateurs leur attribue la note négative la plus extrême. La majorité des sondés s’estiment plutôt sensibles à la qualité de l’emballage. Nul doute que cette tendance évoluera dans les années à venir, avec une sensibilité accrue de tous les consommateurs aux trois tendances détaillées précédemment.

Pin It on Pinterest

Share This