Les rapports entre employeurs et employés sont définis dans le Code du travail et les accords de branche professionnels. La convention collective joue donc un rôle capital, et doit être connue de tous. Voici tout ce qu’il faut savoir pour les travailleurs de la restauration rapide.

La convention collective est un document indispensable encadrant les relations de travail entre les salariés et leur employeur. Chaque branche professionnelle possède son propre document, et des règles différentes s’appliquent alors. Cela permet de prendre en charge les spécificités, les risques, les responsabilités propres à chaque métier, et de s’accorder collectivement sur un ensemble de règles fondamentales. Au cours de cet article, nous nous intéresserons aux principales dispositions contenues dans la convention collective des hôtels, cafés, restaurants (HCR) et restaurants rapides. Elle a été réalisée entre les représentants du personnel, et les représentants des entreprises de ces secteurs. Rédigée en 197, elle porte l’identifiant IDCC 01501. Il est alors important de connaître les règles liées à la convention collective avant d’ouvrir votre restaurant rapide. Explications.

 

Convention collective de la restauration rapide : tout ce qu’il faut savoir

 

Quelle est la classification des salariés dans le secteur de la restauration rapide ?

 

convention-collective-restauration-rapide-employes

 

La classification des salariés est multicritère, et dépend de son expérience, de sa formation, de ses responsabilités ou de son autonomie dans l’exécution quotidienne de ses missions. Officiellement, on distingue 5 classes de salariés dans le secteur :

  • Employés – niveau 1 : il s’agit des emplois n’exigeant pas une formation au-delà de la scolarité obligatoire
  • Employés qualifiés – niveau 2 : emplois exigeant normalement une formation équivalent au CAP ou au BEP
  • Employés qualifiés – niveau 3 : Emplois exigeant normalement une formation équivalente au BTH
  • Maîtrise – niveau 4 : Emplois exigeant normalement une formation équivalente au BTS
  • Cadres – niveau 5 : Emplois exigeant un niveau Bac+3 acquis, par voie scolaire ou par équivalence liée à l’expérience au sein du secteur.

 

Comment s’organise la période d’essai préalable à l’embauche ?

 

Tout employeur peut imposer à un candidat une période d’essai. Cependant, des dispositions spécifiques s’appliquent pour les salariés de la restauration rapide. La durée de la période d’essai est de :

  • 1 mois pour les employés de niveau 1 et 2
  • 2 mois pour les employés de niveau 3
  • 4 mois pour les employés de niveau 4
  • 6 mois pour les employés de niveau 5

A l’issue de cette période, l’employeur est libre de formuler ou non une offre d’emploi à durée indéterminée au candidat.

 

Quel est le salaire minimum dans les métiers de la restauration rapide ?

 

La convention collective du secteur n’impose aucun salaire précis, mais impose un salaire minimum à respecter. Il dépend de la position de chaque salarié, et est publié au JORF (Journal officiel de la République Française).

 

convention-collective-restauration-rapide-tableau

 

Comment s’organise la démission ou le licenciement d’un salarié ?

 

convention-collective-restauration-rapide-demission

 

Comme dans de nombreux autres métiers, tout salarié souhaitant démissionner doit impérativement respecter un délai de préavis. Il est encadré par la loi, allant de 8 jours et jusqu’à trois mois en fonction de l’ancienneté du salarié et du poste qu’il occupe.

En cas de licenciement, la convention collective prévoit également un préavis. Durant cette période, le salarié est autorisé à s’absenter de son travail jusqu’à 2h chaque jour pour rechercher un nouvel emploi. Une fois le préavis écoulé, la convention oblige les employeurs à verser une indemnité de licenciement aux personnes possédant plus de 2 ans d’ancienneté dans l’entreprise. Ce sont des éléments importants à connaître avant d’ouvrir un restaurant ou de reprendre un restaurant.

 

Quels sont les congés ou les jours fériés attribués aux salariés ?

 

Les congés payés s’élèvent à 5 semaines annuelles dans le secteur de la restauration rapide, comme dans de nombreuses autres branches. Tous les salariés possédant plus d’un an d’ancienneté bénéficient des jours fériés, en plus du 1er mai. En cas d’évènement majeur, les congés exceptionnels sont compris entre 1 et 4 jours (décès au sein de la famille, etc.)

Cependant, de nombreux restaurants rapides ont intérêt à ouvrir leurs portes pendant les jours fériés, et notamment ceux situés dans les zones touristiques. C’est la raison pour laquelle il convient ensuite de négocier certaines modalités relatives à l’organisation de votre temps de travail directement avec votre employeur. Les ordonnances Macron visant à réformer le Code du travail donnent dorénavant la primauté aux accords d’entreprises, par rapport aux accords de branche. Ce renversement de la hiérarchie des normes renforce la négociation des salariés auprès de leur employeur.

La restauration rapide est un secteur atypique en ce qu’il doit s’adapter aux contraintes liées à la saisonnalité du marché et aux pics d’activité. Vous voilà désormais en possession de tous les éléments pour mieux comprendre les conditions de travail quotidiennes régissant la vie d’un salarié du secteur.

 

Pin It on Pinterest

Share This